Parliamentary debate regarding Canada’s engagement in Libya: Benchmarks for Success – World Federalist Movement Canada

CFN – ABSTRACT: The international community’s engagement in Libya is an example of the application of the doctrine of the Responsibility to Protect. The World Federalist Movement – Canadai supported the passing of UN SC 1973 as a necessary measure to prevent imminent mass atrocities in the city of Benghazi. However, there are significant concerns over the permissive language of many of the resolution’s provisions, and the manner in which they are being implemented. Canadian parliamentarians, and any renewed House of Commons motion, should support continued implementation of UN SC 1973, while taking into account several key “benchmarks” for a more successful engagement by Canada, NATO and the international community in Libya.

United Nations Security Council Resolution 1973 and the international community’s engagement in Libya are widely viewed as an example of the application of the doctrine of the Responsibility to Protect (R2P). Canada’s House of Commons passed a unanimously agreed motionii on March 21 supporting Canadian actions to implement Resolution 1973.  That Canadian motion called for renewed debate in Parliament in three months in the event that an extension of Canadian Forces involvement proves necessary. Therefore, this (June 2011) debate is both timely and necessary.

The Responsibility to Protect doctrine rests on three pillars: (1) the primary responsibility of states to protect their own populations from genocide, war crimes, ethnic cleansing, and crimes against humanity; (2) the international community’s responsibility to assist a state to fulfill its protection obligations; and (3) the international community’s responsibility to take timely and decisive action, in accordance with the UN Charter, in cases where the state has manifestly failed to protect its population from one or more of the four crimes.iii

The Responsibility to Protect is still an emerging political doctrine. Despite growing NGO interest and a robust academic literature, there is no “Responsibility to Protect treaty,” and very little in the way of a “hard law” foundation for R2P beyond paragraphs 138, 139 & 140 of the 2005 World Summit Outcome Document.iv While it is hoped that the Responsibility to Protect will give meaning to the promise that “never again” will the international community stand by when populations are threatened with genocide or other mass atrocity crimes, some governments also fear that this new norm compromises traditional notions of sovereignty and will be used by powerful governments to intervene unjustly in the internal affairs of weaker states.

UN SC Resolution 1973 reiterates “the responsibility of the Libyan authorities to protect the Libyan population.” While excluding a foreign occupation force of any form, it mandates the taking of “all necessary measures” to protect civilians and civilianpopulated areas under threat of attack in Libya. Various measures are called for, including a no-fly zone, arms embargo, flight ban, targeted sanctions, International Criminal Court investigations, humanitarian assistance and assistance to refugees.

The World Federalist Movement – Canada supported the passing of UN SC 1973 as an important and necessary measure to prevent imminent mass atrocities in the city of Benghazi. However WFM – Canada also harbors concerns over the permissive language of many of the resolution’s provisions and the manner in which they are being implemented. These concerns include the following:

1) Ambiguous political goals; incoherent political oversight; uncertain strategy.

Ambiguous goals. The legally mandated goal of the Libya mission is the protection of civilians. However, after initially disavowing that regime change is the purpose of SC 1973, NATO governments implementing the resolution have increasingly taken actions that seem intended to bring about the downfall of the regime or the killing of Colonel Qaddhafi.

Whither political oversight? The United Nations Security Council retains ultimate political responsibility for the implementation of SC 1973. However, divisions on the Council make it difficult to exercise direction of the international community’s engagement. A “Libya Contact Group” brings together governments and international organizations to share information and to facilitate dialogue among stakeholders. Independently, diplomatic initiatives are undertaken by a range of actors, including a UN Special Envoy, the African Union’s High-Level Ad-Hoc Committee, Turkey and Russia. Despite the broad membership in the Libya Contact Group, day-to-day operations have been delegated to NATO. Yet NATO is structurally best suited to undertake military operations, not coordinate a broadly based multi-faceted political strategy.

Strategy on the fly. With incoherent international political direction and national capitals pushing and pulling in different directions, a clear strategy for bringing about democratic transformation in Libya has not emerged. Bombing is not a strategy. As International Crisis Group recently noted, “The assumption that . . . the [Libyan] regime will soon run out of ammunition or fuel or money (or will be decapitated by a lucky bomb or overthrown by a palace coup) similarly substitutes wishful thinking for serious policymaking.” Ultimately, the challenge is political and must be resolved through political dialogue, not the victory of one side in a civil war. A successful strategy in Libya would combine (a) limited military interventions, i.e. those that are essential for the protection of civilians, in conformity with UN SC 1973; and (b) promoting a de-escalation of the conflict leading to a ceasefire and genuine political dialogue.

By engaging stakeholders in a process of dialogue, a ceasefire and commencement of negotiations puts in place the basis for a transitional administration and the seeds of a future stable, hopefully democratic political framework for Libyan governance.

2) Implementation of UN SC 1973: Disproportionate use of force? Embargo exceptionalism?

Proportionality. A large part of the legal and intellectual foundation for the Responsibility to Protect relies on international humanitarian law and just war theory. Both of these (not to mention Canadian and NATO military operating procedures) require that the use of force in armed conflict conform with the principle of proportionality. That is, any military attack must not cause incidental loss of life or injury to civilians that would be clearly excessive in relation to the anticipated overall military advantage. There are growing fears that NATO’s bombing is taking an excessive and unnecessary toll in civilian lives.

One-sided embargo. The embargo regime enshrined in Security Council resolutions 1970 and 1973 is, by design, leaky. It prohibits shipments by UN member states to Libya of a long list of military and related equipment, but then allows that these measures shall not apply to certain “arms and related materiel, or provision of assistance or personnel, as approved in advance by the [UN Sanctions] Committee.” NATO has taken advantage of these provisions (and its influence on the Sanctions Committee) to support the rebels based in Eastern Libya, providing the reinforcements of training and equipment needed to sustain their participation in the ongoing conflict.

Continuing to arm one side in a civil war leads to a more divided Libya. As casualties mount and divisions deepen, the eventual and inevitable task of post-conflict reconstruction and nation-building becomes all the more difficult.

Parliamentary debate: key benchmarks

In view of the evolving and uncertain military and political circumstances, Canadian parliamentary debate and oversight is warranted and welcomed. It is to the credit of all parties, and Canadian democratic process, that Canadian parliamentarians monitor and debate implementation of SC resolution 1973 and our involvement in Libya.

The World Federalist Movement – Canada identifies the following “benchmarks” for consideration by individual parliamentarians, and for discussions leading to a possible motion renewing support from members of Canada’s House of Commons.

1) Civilian protection. Canada and NATO should adhere closely to SC 1973’s protection of civilians mandate. While most people, especially most Libyan citizens, believe that Libya would be better off with Colonel Qaddhafi removed from power, Security Council 1973 does not mandate regime change in Libya. Members of Parliament and any House of Commons motion should reflect an understanding of the mission that is consistent with the goal of civilian protection.

2) Support diplomacy. Canada and NATO should be more forthcoming in support of diplomatic initiatives aimed at quickly achieving a ceasefire and genuine political dialogue, particularly the efforts of UN Special Envoy, Abdel-Elah Mohamed Al-Khatib. All armed conflicts end, sooner or later, through a diplomatic negotiation. Members of Parliament and any House of Commons motion should address the need for a ceasefire and genuine political dialogue.

3) Humanitarian relief. The Libyan conflict is generating a growing humanitarian crisis. Food, shelter and medical supplies are needed, in various parts of Libya. UN agencies have called for additional financial resources to meet the growing need. At the same time, the flow of refugees to neighboring countries has increased. Members of Parliament and any House of Commons motion should address the need for Canada to commit needed financial resources to assist UN humanitarian and refugee agencies.

4) Post-conflict peace operations. The Libyan conflict will end, sooner or later, with a ceasefire and deployment of a peacekeeping force, likely under a UN mandate, to monitor and guarantee the ceasefire while further political negotiations take place. Members of Parliament and any House of Commons motion should address the need for Canadian support for UN post-conflict peace support and reconstruction operations.

5) Human rights and international criminal responsibility. Security Council resolution 1970 referred the situation in Libya to the International Criminal Court. Investigations are ongoing. At the same time, the UN Human Rights Council has tasked an International Commission of Inquiry to investigate alleged violations of international human rights law in Libya (with a Canadian, Philippe Kirsch, as one of three Commissioners). Adherence to international human rights and humanitarian standards now helps create the conditions for a post-conflict political order that enables greater adherence to human rights norms and the rule of law. Members of Parliament and any House of Commons motion should support the work of the ICC Prosecutor and the Human Rights Council.

6) Continued Canadian parliamentary oversight. Canada and NATO’s engagement in Libya came about, necessarily, in haste. Political, military and diplomatic goals and strategy continue to evolve. Any June 2011 House of Commons motion should reaffirm arrangements for ongoing consideration by the Standing Committee on Foreign Affairs and International Development and the Standing Committee on National Defence. A June 2011 House of Commons motion should also determine arrangements for parliamentary debate again, in the near future.

———————

i The World Federalist Movement – Canada (WFMC, www.worldfederalistscanada.org) is a longstanding Canadian civil society organization supporting the progressive development of global governance in order that it become more democratically accountable and based on the rule of law. WFM – Canada has for ten years been closely involved with the development of the Responsibility to Protect. WFMC’s international parent body, the World Federalist Movement-Institute for Global Policy, www.wfmigp. org) is also the host agency for the International NGO Coalition for R2P (ICRtoP, www.responsibilitytoprotect.org).

ii House of Commons Motion, March 21 2011, verbatim text:
That, in standing in solidarity with those seeking freedom in Libya, the House welcomes United Nations Security Council Resolution 1973; that the House deplores the ongoing use of violence by the Libyan regime against the Libyan people; acknowledges the demonstrable need, regional support and clear legal basis for urgent action to protect the people of Libya; consequently, the government shall work with our allies, partners and the United Nations to promote and support all aspects of UNSC Resolution 1973, which includes the taking of all necessary measures to protect civilians and civilian populated areas under threat of attack in Libya and to enforce the no-fly zone, including the use of the Canadian Forces and military assets in accordance with UNSC Resolution 1973; that the House requests that the Standing Committee on Foreign Affairs and International Development and the Standing Committee on National Defence remain seized of Canada’s activities under UNSC Resolution 1973; that should the government require an extension to the involvement of the Canadian Forces for more than three months from the passage of this motion, the government shall return to the House at its earliest opportunity to debate and seek the consent of the House for such an extension; and that the House offers its wholehearted support to the men and women of the Canadian Forces.

iii Report of the Secretary-General, Implementing the Responsibility to Protect , United Nations General Assembly, A/63/677, January 12, 2009.

iv United Nations General Assembly, World Summit Outcome, A/60/L1, September 15, 2005. Juin 2011

********************************

juin 2011

Débat parlementaire sur l’engagement du Canada en Libye : Les critères du succès

ABRÉGÉ : L’engagement de la communauté internationale en Libye est un exemple de l’application de la doctrine de la Responsabilité de protéger. Le Mouvement fédéraliste mondial- Canadai appuyé l’approbation de la résolution du CS des NU de 1973 comme mesure essentielle de prévention des atrocités de masse perpétrées dans la ville de Benghazi. Il n’en subsiste pas moins des préoccupations quant au langage permissif de maintes dispositions de la résolution et à la façon dont les applique. Le débat parlementaire canadien devrait, à l’instar de tout renouvellement de motion de la Chambre des communes, appuyer le maintien de l’application de la Résolution 1973 du CS des NU, tout en prenant en compte plusieurs des « critères cruciaux » de succès d’un engagement du Canada, de l’OTAN et de la communauté internationale en Libye.

La Résolution 1973 du CS des NU et l’engagement de la communauté internationale en Libye sont largement perçus comme un exemple de l’application de la Responsabilité de protéger (R2P). La Chambre des communes du Canada a approuvé à l’unanimité une résolutionii du 21 mars à l’appui des gestes canadiens d’application de la Résolution 1973. Que la résolution canadienne ait exigé la reprise du débat au Parlement dans les trois mois, advenant que se révèle nécessaire une extension de l’engagement des Forces canadiennes, prouve l’opportunité et la nécessité du débat.

La doctrine de la Responsabilité de protéger repose sur trois piliers : (1) la responsabilité première, de la part des États, de protéger leur propre population du génocide, des crimes de guerre, du nettoyage ethnique et des crimes contre l’humanité; (2) la responsabilité, de la part de la communauté internationale, d’aider un État à tenir ses obligations de protection; enfin, (3) la responsabilité, de la part de la communauté internationale, de passer à une action opportune et décisive, en conformité de la charte des NU, dans les cas où un État faillirait manifestement à sa tâche de protéger sa population d’un ou de plus des quatre crimes majeursiii.

La Responsabilité de protéger demeure encore une doctrine politique émergente. Malgré l’intérêt croissant des ONG et l’émergence d’une littérature universitaire vigoureuse, il n’existe pas encore de « Traité de la responsabilité de protéger », et très peu de mesures dans le sens du l’établissement d’une loi rigoureuse sur le Droit de protéger au-delà des paragraphes 138, 139 et 140 du document de 2005 intitulé Résultat du Sommet mondial.iv Tout en espérant que la Responsabilité de protéger donnera un sens à la promesse selon laquelle « plus jamais » la communauté internationale ne demeurera passive lorsque des populations seront sous la menace d’un génocide ou d’autres d’atrocités massives, des gouvernements craignent également que cette nouvelle norme ne compromette les notions traditionnelles de souveraineté et ne servent aux grandes puissances de prétexte à s’immiscer dans les affaires internes d’États moins puissants.

La Résolution du CS des NU de 1973 réitère « la responsabilité des autorités libyennes de protéger la population libyenne ». Tout en excluant toute force d’occupation étrangère, elle stipule le recours à « toute mesure nécessaire » pour protéger les civils et les zones à population civile sous la menace d’attaques en Libye. Elle appelle à diverses mesures, dont une zone d’interdiction de vol, un embargo des armes, une interdiction de vol, des sanctions ciblées, des enquêtes de la Cour criminelle internationale, l’aide humanitaire et le secours aux réfugiés.

Le Mouvement fédéraliste mondial – Canada a appuyé l’adoption de la résolution CS NU 1973 comme mesure importante et essentielle pour prévenir les atrocités de masse imminentes dans la ville de Benghazi; le MFM – Canada s’inquiète toutefois de la permissivité du langage de plusieurs des dispositions de la résolution et de la façon dont elles sont mises en application. On relève, parmi ces sources de préoccupation :

1) L’ambiguïté des objectifs politiques; l’incohérence de la surveillance politique; l’incertitude de la stratégie.

L’ambiguïté des objectifs. La mission libyenne a pour objectif légalement fixé la protection des civils. Après avoir cependant désavoué d’abord que le changement de régime était l’objectif de la résolution du CS 1973, les gouvernements de l’OTAN responsables de son application ont progressivement pris des mesures visant apparemment à provoquer la chute du régime ou la mort du colonel Kadhafi.

Qu’en est-il de la surveillance politique? Le Conseil de sécurité des Nations Unies conserve l’ultime responsabilité politique de la mise en application de la résolution du CS 1973. Des dissensions au sein du Conseil compliquent cependant l’exercice de la direction de l’engagement de la communauté internationale. Un « Groupe de contact libyen » rassemble les gouvernements et les organisations internationales pour le partage d’information et la facilitation du dialogue entre les parties intéressées. Il s’entreprend indépendamment, par ailleurs, des initiatives d’une foisonnée d’acteurs, dont un envoyé spécial des NU, du Haut-comité ad hoc de l’Union africaine, de la Turquie et de la Russie. En dépit de l’étendue de la composition du Groupe de contact libyen, les opérations quotidiennes ont été déléguées à l’OTAN. C’est pourtant ce dernier qui est, de par sa structure, le plus apte à la conduite des opérations militaires, plutôt qu’à la coordination d’une vaste stratégie politique à multiples facettes.

Une stratégie à la volée. Une direction politique internationale incohérente et des tiraillements entre les capitaux internationaux ont empêché l’émergence d’une stratégie claire capable de transformer démocratiquement la Libye. Le bombardement n’est pas une stratégie. Comme le faisait récemment un Groupe international de crise, « l’assomption selon laquelle… le régime [libyen] va bientôt se trouver à court de munitions ou d’argent (où être décapite par une bombe chanceuse ou et renversé par une révolution de palais) substitue la pensée magique à une élaboration de politiques sérieuse. »

Il s’agit, en bout de compte, d’un défi politique qui doit se résoudre par un dialogue politique, et non pas par la victoire d’un parti dans une guerre civile. Le succès d’une stratégie libyenne reposerait sur la combinaison entre (a) des interventions militaires limitées, c’est-à-dire de celles qui seraient essentielles à la protection des civils, en conformité de la résolution du CS UN 1973 et (b) de la promotion d’une désescalade du conflit menant à un cessez-le-feu et à un dialogue politique authentique.

En engageant les intervenants dans un processus de dialogue, un cessez-le-feu et l’amorce de négociations, on met en place les bases d’une administration transitoire et les semences d’un cadre de gouvernance libyenne politique et, espère-t-on, démocratique.

2) L’application de la résolution CS NU 1973 : Recours à une force disproportionnée? Exceptionnalité de l’embargo?

Proportionnalité. Le fondement légal et intellectuel de la Responsabilité de protéger repose, pour une bonne part, sur le droit humanitaire international et sur la théorie de la guerre juste. Ces deux derniers (exclusion faite des procédures opérationnelles militaires du Canada et de l’OTAN) exigent que le recours à la force, dans les conflits armés, soit conforme au principe de la proportionnalité. On entend par là qu’aucune toute attaque militaire ne doit causer indirectement de pertes de vie ou de blessures chez les civils qui soient nettement disproportionnées aux avantages militaires escomptés. On craint de plus en plus que les bombardements de l’OTAN n’entraînent un nombre d’excessives et inutiles pertes de vie.

Embargo unilatéral. Le régime d’embargo enchâssé dans les Résolutions du Conseil de sécurité de 1970 et de 1973 est susceptible, de par sa nature, d’être transgressé. Il interdit l’expédition à la Libye, par des États membres des NU, d’une longue liste d’équipement militaire ou connexe, mais permet ensuite que ces mesures ne s’appliquent pas à certains « armements matériels connexes ou à la fourniture d’aide ou de personnel, selon l’approbation préalable du Comité [des Sanctions de l’ONU] ». L’OTAN a profité de ces dispositions (et de son influence sur le Comité des sanctions) pour aider les rebelles basés en Libye orientale, où on a fourni des renforts à l’entraînement et à l’équipement nécessaires au soutien de leur participation au conflit en cours.

En continuant d’armer un seul parti d’une guerre civile, on ne fait qu’accentuer davantage les divisions de la Libye. L’augmentation des pertes de vie et l’aggravation des divisions rendent d’autant plus ardue la tâche inévitable de la reconstruction et de la restructuration postconflictuelles du pays.

Le débat parlementaire : Les critères essentiels

L’évolution et l’incertitude de la conjoncture militaire et politique justifient et rendent souhaitable un débat parlementaire. Il serait désirable que tous les partis, de même que le processus démocratique canadien, exercent le contrôle et débattent de la mise à exécution de la Résolution du CS 1973 et de notre engagement en Libye.

Le Mouvement fédéraliste mondial – Canada signale les « critères » suivants à l’attention individuelle des parlementaires et les propose à une discussion aboutissant à une éventuelle résolution d’appui de la part des membres de la Chambre des communes du Canada.

1) Protection civile. Le Canada et l’OTAN devraient adhérer étroitement au mandat du CS 1973 de protection des civils. Même si la plupart des gens, particulièrement des citoyens libyens, sont d’avis que la Libye se porterait mieux sans le colonel Kadhafi à sa tête, le CS 1973 ne prescrit pas un changement de régime en Libye.

2) Appui diplomatique. Le Canada et l’OTAN devraient appuyer plus ouvertement leur appui aux initiatives diplomatiques visant à parvenir au plus tôt à un cessez-le-feu et à engager un véritable dialogue, soutenant plus particulièrement les efforts de l’envoyé spécial des NU Abdel-Elah Mohammed Al-Khatib. C’est grâce aux négociations diplomatiques qu’on met un terme, tôt ou tard, à tout conflit. Toute intervention d’un député et toute motion d’une Chambre des communes devraient avoir pour objet l’adoption d’une proposition répondant au besoin d’un cessez-le-feu et d’un authentique dialogue politique.

3) Aide humanitaire. Le conflit libyen est en train de générer une crise humanitaire croissante. On a besoin de vivres, d’abris et de fournitures médicales dans diverses parties de la Libye. Des agences des NU ont sollicité des ressources financières additionnelles pour répondre à des besoins croissants. On voit se gonfler, par ailleurs, le flot des réfugiés en fuite vers des pays voisins. Toute intervention d’un député et toute motion d’une Chambre des Communes devrait avoir pour objet de répondre au besoin, pour le Canada, de s’engager à fournir les ressources financières nécessaires permettant de venir en aide aux agences onusiennes humanitaires et de secours aux réfugiés.

4) Opérations postconflictuelles de paix. Le conflit libyen va cesser tôt ou tard, à la faveur d’un cesser-de-feu ou du déploiement d’une force de maintien de maintien de la paix, probablement sous un mandat des NU de surveiller et de garantir un cessez-le-feu pendant la poursuite de négociations politiques. Toute intervention d’un député et toute motion d’une Chambre des communs devraient avoir pour objet le besoin d’une aide postconflictuelle canadienne au maintien de la paix et aux opérations de reconstruction

5) Droits humains et responsabilité criminelle internationale. La Résolution du Conseil de sécurité 1970 renvoyait à la situation en Libye au Tribunal international criminel. L’enquête est en cours. Le Conseil des droits humains des NU a chargé au même moment une Commission internationale d’enquêter sur des allégations de violation des droits de la personne en Libye (avec, pour un de ses trois commissaires, le Canadien Philippe Kirsch). L’adhésion aux normes des droits humains et de l’aide humanitaire aide maintenant à l’instauration d’un ordre politique postconflictuel permettant une plus vaste adhésion aux normes des droits de la personne et à la règle du droit. Tout député et toute Chambre des Communes devraient appuyer le travail du Procureur de la CPI et du Conseil des droits de la personne.

6) Maintien d’une surveillance parlementaire canadienne. C’est nécessairement d’une façon précipitée que le Canada et l’OTAN en sont venus à s’engager en Libye. Les stratégies et politiques et militaires continuent d’évoluer. Toute résolution adoptée en juin 2011 à la suite d’une proposition de la Chambre des Communes doit refléter des arrangements qu’on soumettra au Comité permanent des Affaires étrangères et du Développement international. Une résolution adoptée à la suite d’une proposition de la Chambre des Communes devrait également énoncer les dispositions préalables à un nouveau débat parlementaire, à prévoir dans un avenir rapproché.

———————

i Le Mouvement fédéraliste mondial – Canada www.worldfederalistscanada.org est une organisation canadienne de la société civile appuyant l’évolution progressive de la gouvernance mondiale pour qu’elle devienne plus démocratiquement responsable et soit fondée sur la primauté du droit. Le MFM – Canada s’engage profondément, depuis dix ans, dans le développement de la Responsabilité de protéger. L’organisation internationale mère du MFMC, appelée Mouvement fédéraliste mondial – Institut pour la politique globale, www.wfm-igp.org) est également l’organisme hôte de la Coalition internationale des ONG pour la Responsabilité de protéger (ICRtoP, www.responsibilitytoprotect.org).

ii Chambre des communes, Résolution 21 2011, texte intégral :
Du consentement unanime, il est résolu, — Que, en signe de solidarité envers les personnes en quête de liberté en Libye, la Chambre accueille la résolution 1973 du Conseil de sécurité des Nations Unies; que la Chambre déplore le recours soutenu à la violence par le régime libyen à l’endroit du peuple libyen; reconnaisse le besoin manifeste, le soutien régional et le fondement légal bien clair de mesures urgentes visant à protéger le peuple libyen; en conséquence, le gouvernement devrait se joindre à ses alliés, partenaires et aux Nations Unies pour promouvoir tous les aspects de la résolution 1973 du Conseil de sécurité des Nations Unies, qui prévoit l’adoption des mesures nécessaires pour protéger les civils et les régions habitées par des civils, sur lesquels pèse la menace d’une attaque en Libye, et pour faire respecter la zone d’exclusion aérienne, incluant le recours aux Forces canadiennes ainsi qu’aux ressources militaires conformément à la résolution 1973 du Conseil de sécurité des Nations Unies; que la Chambre demande à ce que le Comité permanent des affaires étrangères et du développement international et le Comité permanent de la défense nationale demeurent saisis des activités menées par le Canada en application de la résolution 1973 du Conseil de sécurité des Nations Unies; que, si le gouvernement doit prolonger l’intervention des Forces canadiennes au-delà de trois mois à partir de l’adoption de la présente motion, il s’adresse à la Chambre dans les plus brefs délais pour obtenir son consentement; que la Chambre offre son soutien inconditionnel aux personnes des Forces canadiennes.

iii Rapport du Secrétaire général, La mise en oeuvre de la responsabilité de protéger, Assemblée générale des Nations Unies, A/63/677, 12 janvier 2009.

iv Assemblée générale des Nations Unies, Résultat mondial, A60/L1, 15 septembre 2005.

James Moak

Leave a Reply

Your email address will not be published.